Le résumé: Pour redonner des couleurs à sa poupée de cire, Sophie la fait fondre au soleil. Elle veut jouer avec les poissons rouges... voilà qu'elle les tue. Et lorsqu'elle essaie d'être bonne, en offrant à ses cousins un thé fait avec de la craie et l'eau du chien, elle se fait encore punir ! Sa maman a beau dire, Sophie n'est pas méchante. En vérité, elle n'a que des malheurs.

Auteur: Comtesse de Ségur

Mon édition: Le Livre de Poche Jeunesse Classique Primaire (collection blanche)

Prix de l'édition: 5,50 €

Le +: "Les malheurs de Sophie", paru en 1844, est le premier volume d'une trilogie qui comprend aussi : "Les petites filles modèles" et "Les vacances".

Genre: Classique

Niveau: Primaire

Facilité: 0,5 (très simple, ouvert à tous !)

Mon avis: 4 étoiles : un livre à lire absolument pour le plaisir simple de la lecture sans difficulté. Un récit plein de divertissements où le lecteur ne s'ennui jamais !

Si vous souhaitez me poser des questions, me donner vos conseils, vos critiques, vos remarques ou encore me proposer des sujets d'articles vous pouvez commenter mes articles ou me contacter par cette adresse mail:

contactblog.chloesbook@gmail.com

N'hésitez pas à vous abonner pour recevoir toutes les news de mon blog.

Vous pouvez aussi aller voir l'article sur la Comtesse de Ségur.

Bonne lecture !

Une autre chose que Sophie désirait beaucoup, c’était d’avoir des sourcils très épais. On avait dit un jour devant elle que la petite Louise de Berg serait jolie si elle avait des sourcils. Sophie en avait peu et ils étaient blonds, de sorte qu’on ne les voyait pas beaucoup. Elle avait entendu dire aussi que, pour faire épaissir et grandir les cheveux, il fallait les couper souvent.
Sophie se regarda un jour à la glace, et trouva que ses sourcils étaient trop maigres.
« Puisque, dit-elle, les cheveux deviennent plus épais quand on les coupe, les sourcils, qui sont de petits cheveux, doivent faire de même. Je vais donc les couper pour qu’ils repoussent très épais. »
Et voilà Sophie qui prend des ciseaux et qui coupe ses sourcils aussi court que possible. Elle se regarde dans la glace, trouve que cela lui fait une figure toute drôle, et n’ose pas rentrer au salon.

Les malheurs de Sophie

Les malheurs de Sophie

Les malheurs de Sophie

Retour à l'accueil